Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Après Maria…

Notre gros Ruzé s'en tire sans une égratignure ! Au dehors comme au dedans, rien n'a bougé : si notre voisin au mouillage n'avait pas été là pour témoigner qu'il avait dansé, on n'aurait jamais cru qu'il avait essuyé les vents et la houle d'un ouragan majeur. Bien sûr, il faut rester modeste : même si Le Ruzé était sans doute le bateau le mieux amarré de toute La Martinique, Maria a fait une fleur à l'Ile du même nom en lui épargnant son œillade ravageuse… 

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

 

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

D'autres au Marin et à Sainte-Anne ont eu moins de chance que nous. Ils ont dérapé sur leur mouillage et se sont retrouvés au mieux dans la mangrove, entre les branches des palétuviers, au pire échoués sur la plage… ou encastré dans un autre bateau ! C'est arrivé non loin de notre ponton, où certains voiliers en ont carrément coulé d'autres en leur rentrant dedans…

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

 

 

maria,ouragan,sainte-anne,le marin,martinique

Quant à Maria, malheureusement, il a battu le triste record d'Irma avec une pression au centre de l'oeil à 910 hpa (914 pour Irma) qui a ravagé l'île voisine, La Dominique, où 80% des infrastructures sont détruites… Quant au bilan humain, il risque d'être lourd dans cette île anglophone très pauvre où les maisons sont souvent de bois et de tôle, et les services publics inexistants.

Commentaires

  • très contente pour vous.. et le gros Ruzé!
    plein de pensées pour tous les habitants de cette région sinistrée jusqu'au Mexique...
    bises

  • Ouf, contente de lire ces bonnes nouvelles - il en faut au milieu de ces tragédies tout autour.
    Bisous

  • Merci à tous ceux qui nous ont envoyé des petits mots par SMS, mail, whatsapp et autres réseaux… y compris spirituels ! Oui, c'est un peu la cata en Amérique Centrale et dans la Caraïbe cette année… On pense bien à nos amis mexicains de la région de Puebla et de Mexico qui vivent sinon l'enfer, du moins le chaos total… Mieux vaut un ouragan qu'un séisme, car un ouragan c'est prévisible, on peut s'y préparer pour éviter le pire, c'est la leçon qu'on retient des événements de ces dernières semaines aux Antilles. Mais quand même, vivement fin octobre !

Écrire un commentaire

Optionnel